Ha?ti a un ange de plus au paradis

The content originally appeared on: News Americas Now

Black Immigrant Daily News

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

J’ai rencontr? Sabina Carlson Robillard, il y a un peu plus de cinq ans. C’?tait l’?poque o? Cit? Soleil avait encore un environnement tant soit peu s?curitaire et qu’il ?tait possible d’y aller c?l?brer un ?v?nement culturel. Celui-l? lui tenait particuli?rement ? coeur : son mari Louino recevait des invit?s pour leur faire visiter le chantier de Konbit Bibliot?k Site Soley -un projet qu’il avait con?u avec sa femme et qui avait ?t? exclusivement financ? par des dons de la communaut? ; une communaut? ? laquelle les Robillard tenaient ? rendre compte.

Le gros oeuvre du b?timent ?tait termin? et ? tour de r?le, Louino guidait les uns et les autres. Au gr? de son imagination, ses mots devenaient des choses et nous pouvions r?ver avec lui d’?tag?res remplies de livres, de salles de recherches o? s’attelaient une pl?thore d’?tudiants, d’une salle de conf?rence o? nos meilleurs professeurs d?battaient de sujets divers et d’un laboratoire informatique o? des dizaines d’enfants de la Cit? ?taient form?s pour devenirs des codeurs exp?riment?s.

Sabina ?tait alors largement et pleinement enceinte. Habituellement toute menue, elle ressemblait ? un spaghetti qui aurait aval? un pois congo ; mais elle ?tait l?, debout, infatigable et radieuse. Elle avait un sourire ang?lique et sa joie illuminait un regard que de tr?s beaux yeux d’un bleu d’azur ?maillaient. Elle ?tait ? deux doigts d’accoucher, faisait peut-?tre deux fois son poids habituel, mais elle ?tait bien l? sous un soleil de plomb, pr?sente aux c?t?s de son homme.

Ce jour-l? cependant, les ?poux Robillard paraissaient si heureux que personne n’aurait pu se douter qu’ils venaient de recevoir un diagnostic foudroyant : Une d?coloration sous l’oeil gauche de Sabina, initialement consid?r?e comme b?nigne, ?tait apparue quelques mois auparavant. Des tests plus approfondis venaient ? peine de leur r?v?ler qu’il s’agissait d’une tumeur canc?reuse maligne qui s’?tait propag?e ? ses poumons. N’importe qui d’autre ? leur place aurait ?t? accabl? par la cruaut? du destin, mais les Robillard ?taient l?, sto?ques, conviviaux et plus aimables que jamais.

Sabina et Louino s’?taient rencontr?s un peu apr?s le tremblement de terre, elle n’avait que 22 ans. C’avait ?t? un coup de foudre, improbable, merveilleux, inattendu… et comme <>, ils ?taient tomb?s follement amoureux l’un de l’autre et en d?cembre 2012, ils se mariaient ? l’H?tel Oloffson ? Port-au-Prince. Sabina devenait alors belle-m?re de Dayana, une petite fille que Louino avait eu d’un premier lit et en 2018, elle accouchait d’un tr?s joli b?b? qu’elle appela Anacaona. Fort de ses m?rites, Louino obtenait une bourse et partait avec sa famille pour les ?tats-Unis. Le couple partageait alors son temps entre Cit? Soleil et Cambridge o? Sabina terminait un doctorat en strat?gie alimentaire et en nutrition appliqu?e et que Louino obtenait une ma?trise en structuration communautaire et en apaisement social avec -toujours en t?te- l’objectif de retourner dans sa commune pour en faire un ?lot de paix et de prosp?rit?.

Apr?s l’accouchement, le fichu mauvais diagnostique ?tait confirm? : la tumeur avait progress? et les possibilit?s de r?mission ?taient infimes. Les Robillard prirent alors leur balle au front et firent de leur mieux pour mener une vie normale et permettre ? leurs deux amours de filles de jouir pleinement des moments qu’ils leur restaient ? passer ensemble. Ils n’arr?t?rent cependant jamais de travailler et de temps ? autre, ils trouvaient le temps de retourner ? Cit? Soleil, le lieu de leurs premiers amours, d’y habiter pour pousser ? la roue et permettre que les projets qu’ils y avaient initi?s, continuassent ? progresser.

En plus de ses nombreux travaux ? Cit? Soleil, Sabina ?tait devenue depuis plus d’une douzaine d’ann?es, une autorit? mondiale dans l’action humanitaire. Elle ?tait encore dans la vingtaine quand elle participait -avec des coll?gues de Tufts University – ? la r?daction d’un papier pour l’Agence d’Aide Am?ricaine au D?veloppement (USAID) qui depuis, avait fait ?cole et qui n’?tait rien moins qu’un plaidoyer pour la dignit? humaine. En effet, dans un style clair, direct et respectueux, elle incitait ceux qui avaient l’ambition d’aider des communaut?s vuln?rables ? les ?couter avant d’agir et ? leur permettre de participer ? l’?laboration des strat?gies de d?veloppement qui tout en respectant leur humanit?, devaient leur permettre de devenir autonomes.

En quelques ann?es, Sabina ?tait devenue une militante ?prouv?e qui avait roul? sa bosse d’Ha?ti, en Inde, au Kenya, au Soudan en passant par la Guin?e o? elle avait travaill? ? juguler une ?pid?mie d’?bola. Elle avait aussi ?t? un membre actif d’Amnesty International et d?fendait ardemment les droits de tous les hommes et de toutes les femmes, quelles que soient leur couleur, leur origine, leur religion, leur opinion politique ou leur orientation sexuelle.

Postulant, pendant sa maladie, ? un doctorat ? Tufts, Sabina ?tait une force de la nature qui n’avait jamais baiss? les bras. Elle ?tait une maman ? plein temps, une ?pouse ? plein temps, un professionnel ? plein temps, une ?tudiante ? plein temps, une musicienne chevronn?e qui jouait de plusieurs instruments tout en supportant -sans jamais se plaindre- les rigueurs de douloureuses radiations.

Sachant qu’elle n’avait plus longtemps ? vivre, elle s’?tait attel?e ? ?crire 356 courriels ? sa petite Ana qui lui seront remis lorsqu’elle sera en ?ge de les lire. Malgr? tout ce qu’il pouvait y avoir d’inconfort et de souffrance dans la gestion d’un cancer terminal, Sabina avait choisi de travailler jusqu’au bout. ? la veille de sa mort, le 16 novembre dernier, depuis son lit d’h?pital o? elle se battait encore pour recommencer ? respirer normalement, elle ?crivait au comit? consultatif de doctorants ? Tufts pour planifier une s?ance de travail quelques jours plus tard.

Sabina n’avait que 34 ans lorsque son regard s’est ?teint. Louino ?tait rest? avec elle jusqu’au bout et lui tenait la main lorsqu’elle a rendu l’?me. <> m’a-t-il confi? avec des larmes dans la voix. Nous avons alors pri? ensemble pour Sabina, pour sa m?re Barbara, pour son p?re Ken, pour son fr?re Adam, pour sa grand-m?re Luba, pour sa Dayana, pour son Ana, pour Louino lui-m?me et pour tous ceux qui avec le d?part de Sabina ont perdu celle qu’ils ont tant aim?e.

Les obs?ques de Sabina ont ?t? chant?es le 20 novembre dernier dans la Chapelle Goddard ? Tufts University qui, pour l’occasion, ?tait pleine comme un oeuf. Dans son oraison fun?bre, son fr?re Adam disait : <> et puis il s’?tait rattrap? <> disait-il, <>

Les restes de Sabina ont ?t? incin?r?s et seront transport?s par Louino ? Pak Nan Ginen, dans la commune de Saint Raphael o? ils avaient fond? ensemble un projet de reforestation et o? ses cendres serviront d’engrais pour planter des arbres. Le 18 d?cembre, de 2 :00 heures ? 5 :00 heures PM, une c?r?monie d’hommage ? Sabina sera organis?e par une collective d’amis de Cit? Soleil et de diff?rents autres quartiers de Port-au-Prince ? Espas Ha?ti Communitere sis ? Clercine 19.

<> dit Louino <>

R?agir ? cet article

Please enable JavaScript to view the comments powered by Disqus.

NewsAmericasNow.com