En Arabie saoudite, les DJ rêvent d’une industrie de l’électro

The content originally appeared on: News Americas Now

Black Immigrant Daily News

The content originally appeared on: Martinique FranceAntilles

Visages grimés et lunettes Led clignotantes, de jeunes Saoudiens se démènent au rythme de Dish Dash, un groupe local de DJ dont l’ascension est à l’image de la scène musicale électronique émergente…

Visages grimés et lunettes Led clignotantes, de jeunes Saoudiens se démènent au rythme de Dish Dash, un groupe local de DJ dont l’ascension est à l’image de la scène musicale électronique émergente de ce pays très conservateur du Golfe.

A Ryad, dans une salle parsemée de confettis, hommes et femmes se mélangent, vêtus le plus souvent en jeans et pulls à capuche et pour certains en tenues traditionnelles de ce royaume, où la mixité ne s’est que récemment banalisée. Les jeunes femmes, parfois court-vêtues, ont pour beaucoup la tête découverte.

L’ambiance tranche avec les lieux où les frères Abbas et Hassan Ghazzawi, alias Dish Dash, ont commencé à se produire il y a plus de 15 ans, comme les mariages où les hommes étaient séparés des femmes tandis qu’eux-mêmes étaient maintenus à l’écart. 

“Ils nous enfermaient dans une pièce. On y restait pendant cinq heures à faire essentiellement les DJ pour le mur”, se souvient Hassan Ghazzawi en riant.

“La seule façon de savoir si les gens apprécient le spectacle, c’est de les entendre crier”, fait-il remarquer.

Aujourd’hui, l’Arabie saoudite se rêve en capitale internationale du divertissement et de la fête, même si l’alcool y est toujours formellement interdit.

Des stars mondiales de la pop s’y produisent, de Justin Bieber à Usher, en passant par Mariah Carey.  

Lors du festival annuel MDLBEAST Soundstorm qui s’est déroulé le week-end dernier dans la capitale saoudienne, plus de 600.000 fans ont assisté à des concerts de Bruno Mars et de DJ Khaled, selon les organisateurs.

“Nouvel or noir”

Mais les vedettes qui se rendent en Arabie saoudite n’échappent pas aux critiques: le train de réformes sociétales mené sous la houlette du prince héritier Mohammed ben Salmane s’est accompagné d’une répression féroce des dissidents politiques.

De leur côté, les artistes saoudiens comme Dish Dash espèrent profiter de cette ouverture relative pour favoriser l’émergence d’une industrie musicale nationale, dans un pays jeune où la moitié de la population a moins de 35 ans.

Autrefois dentiste, Nouf Sufyani, devenue DJ à plein temps sous le nom de Cosmicat, a commencé à prendre sa carrière musicale au sérieux après la première édition de MDLBEAST Soundstorm en 2019.  

Aujourd’hui, “je suis capable de vivre à 100% de la musique”, se réjouit-elle, prenant son cas comme un “encouragement” pour tous ceux “qui hésitent” encore. 

Pour Talal Albahiti, directeur des opérations de MDLBEAST Soundstorm, cette industrie naissante sera le “nouvel or noir” de l’Arabie saoudite, premier exporteur de pétrole brut au monde.

“Je crois que le prochain grand succès ou la prochaine superstar viendra de cette région”, avance ce responsable.

Mais d’importants défis restent à relever, selon lui, comme le développement de studios d’enregistrement pour tous les genres musicaux, au-delà de la seule musique arabe classique.

“Petits pas”

Les vedettes arabes commencent elles aussi à se produire dans un pays relativement épargné par les crises économiques et les soubresauts politiques qui plombent d’autres marchés traditionnellement plus importants comme l’Egypte ou le Liban.

Depuis 2019, Disco Misr, un trio de DJ égyptien, s’est produit à plusieurs reprises en Arabie saoudite, notamment à l’occasion d’un autre festival, Azimuth, à Al-Ula. Plus restreint que MDLBEAST Soundstorm, l’événement a attiré environ 1.000 fans en plein désert, dans le nord-ouest du pays.  

Pour Schady Wasfy, membre de Disco Misr, “ces petits pas en avant sont surprenants”. En fait, “je ne peux pas les appeler des petits pas. C’est énorme. Je ne peux que comparer ce qui se passe en Arabie saoudite avec Tomorrowland”, s’enthousiasme-t-il, en référence au grand festival belge de musique électronique qui a reçu 600.000 fêtards en juillet.

“Je ne peux pas le comparer avec ce qui se passe dans le monde arabe”, insiste le musicien égyptien, en espérant que l’Arabie accueillera encore “plus” d’évènements similaires à l’avenir.

rcb/aem/fka/lpa

Une Saoudienne assiste à un concert des frères Abbas et Hassan Ghazzawi, alias Dish Dash, le 1er décembre 2022 à Ryad
• Fayez Nureldine

Des Saoudiens assistent à un concert des frères Abbas et Hassan Ghazzawi (d), alias Dish Dash, le 1er décembre 2022 à Ryad
• Amro Nureldine

Des Saoudiens assistent à un concert des frères Abbas et Hassan Ghazzawi, alias Dish Dash, le 1er décembre 2022 à Ryad
• Fayez Nureldine

Des Saoudiens assistent à un concert des frères Abbas et Hassan Ghazzawi, alias Dish Dash, le 1er décembre 2022 à Ryad
• Fayez Nureldine

NewsAmericasNow.com