Chlordécone et jardins familiaux : comment éviter la surexposition

The content originally appeared on: News Americas Now

Black Immigrant Daily News

The content originally appeared on: Martinique FranceAntilles

Benoît de la Salle [email protected]

Il faut limiter à deux fois par semaine la consommation de racines et de tubercules issus des jardins familiaux. • DR

Hier, l’Agence nationale de sécurité sanitaire alimentation environnement et travail (Anses) a communiqué sur les résultats de sa dernière expertise. Elle concerne les risques liés à l’exposition de la population au chlordécone. Une étude qui concerne les aliments produits par les particuliers.

La population en partie surexposée

En 2021, l’Agence nationale de sécurité sanitaire
alimentation environnement et travail (Anses) a revu la valeur
sanitaire de référence externe (alimentaire) pour le chlordécone à
la lumière de nouvelles études toxicologiques et épidémiologiques
et établi une valeur de référence interne (dans le sang). Ces
valeurs définissent des seuils au-dessus desquels le risque
d’apparition d’effets sur la santé ne peut être exclu. L’Anses a
établi pour la première fois cette valeur en 2021 à 0,4 microgramme
par litre de plasma. L’Agence rappelle que ce seuil sert à
interpréter les chlordéconémies à l’échelle de la population.

Dans l’expertise publiée, les experts ont comparé
ces valeurs aux données de chlordéconémie (concentration de
chlordécone dans le sang) et d’exposition par voie alimentaire
issues de l’étude Kannari (2013-2014). Il en ressort qu’une partie
de la population antillai

NewsAmericasNow.com